On adore... Le Ban Thaï Spa Trocadéro

On adore... Le Ban Thaï Spa Trocadéro Déjà implanté depuis 2006 rue Dauphine, rue Mandar et rue de la Verrerie, Ban Thaï Spa continue d’offrir l’expérience du spa thaïlandais aux parisiens en ouvrant un nouvel écrin de 580 m2, avenue Raymond Poincaré, à deux pas du Trocadéro.

Imaginé et décoré par Sasima - fondatrice de l’enseigne avec son mari Jack Pack - ce nouveau spa promet un dépaysement total dès l’accueil en invitant la Thaïlande en plein cœur de Paris grâce à une décoration alliant tradition et contemporain, une ambiance lumineuse tamisée et des sonorités faisant écho à la musique thaïlandaise.

Un espace exotique où le visiteur évolue, pieds nus ou en tongs en osier, sur un parquet de teck et dont le rituel de soins commence par le nettoyage des pieds dans des vasques dorées avant de passer au massage.

Au cœur du savoir-faire Ban Thaï Spa, la réflexologie permet d’offrir des soins signatures qui raviront les pieds les plus délicats. Lové dans un fauteuil ultra-cosy, le visiteur savoure ainsi un massage par pressions profondes sur des points réflexologiques associé à la volupté d’un mélange d’huile et de crème de menthol et de camphre.

Un long couloir intimiste mène ensuite aux quinze cabines de massage - dont huit sont doubles - et où le choix est offert entre un tatami posé au sol ou une table de massage. La lumière y est modulable à souhait pour que l’équilibre entre le corps et l’esprit soit parfait.

Et pour un instant de luxe absolu, deux cabines doubles ont été imaginées comme des suites ; l’une proposant ainsi un espace balnéo, l’autre dévoilant un jacuzzi et un hammam pavé de mosaïques.

Toutes diplômées de l'école Wat Pho à Bangkok et formées en interne, les masseuses vous offrent une expérience physique intégrant le corps, la pensée, les émotions et l’esprit en pratiquant leur art dans un véritable état de méditation.

Ban Thaï Spa
25, avenue Raymond Poincaré
75016 Paris
Ouvert tous les jours de 11h à 21h, avec ou sans rdv.
Tél : 01 43 59 39 39

Publié le 3 décembre 2015