Dr Elena Romanova, médecin esthétique à Paris

Dr Elena Romanova, médecin esthétique à Paris Originaire de Russie, le Docteur Elena Romanova exerce la médecine esthétique dans son cabinet situé 10 rue de Phalsbourg, dans le dix-septième arrondissement parisien. Prônant des résultats visibles et naturels à prix accessibles, elle nous explique les techniques qu’elle pratique pour lutter contre les signes de l’âge.

► Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous ? Quel est votre parcours ? Avez-vous toujours évolué dans l’univers de la médecine esthétique ?


Je suis à la fois diplômée en médecine en France et en Russie mais aussi docteur en biologie moléculaire ; pendant plusieurs années j’ai pratiqué la gynécologie et la médecine interne puis me suis intéressée aux mécanismes de la cicatrisation cutanée ce qui m’a permis de comprendre les traitements et effets de la médecine esthétique. J’ai ensuite intégré un cabinet spécialisé et, en 2014, j’ai ouvert mon propre cabinet avec pour idée de démocratiser cette médecine jusqu’alors réservée à une élite.

► La médecine esthétique a beaucoup évolué ces dernières années, pouvez-vous nous expliquer ces principaux changements ?

En effet, la médecine esthétique actuelle se distingue maintenant par la recherche de résultats naturels pour contrer les effets du temps ; il faut comprendre que les traitements esthétiques commencés plus jeune sont plus efficaces dans la plupart des cas, nécessitent moins de produits et vont avoir des résultats plus naturels par rapport aux traitements commencés tardivement. Devenue plus accessible, cette médecine ciblait auparavant les femmes entre 55 et 60 ans. Or aujourd’hui de plus en plus de femmes de 40 ans viennent me voir pour lutter contre le relâchement cutané. Les techniques et technologies ont également énormément évolué et sont rigoureusement contrôlées en France.

► Alors justement, quelles techniques proposez-vous dans votre cabinet pour contrebalancer les signes du vieillissement cutané ?

Pour redessiner l’ovale du visage, je pratique quatre techniques que je conseille de coupler, en fonction des attentes du patient, pour obtenir des résultats visibles et naturels. Il y a le Coolsculpting, les fils tenseurs Aptos, l’Exilis Élite et les injections.

► Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement du Coolsculpting ?

Le Coolsculpting est une technologie qui traite les bourrelets localisés afin de redessiner par le froid. D’ordinaire, cette méthode est utilisée pour raffermir le ventre et la culotte de cheval mais, depuis novembre 2015, je suis l’un des rares praticiens à disposer d’une nouvelle machine permettant de traiter des parties plus petites du corps comme le double menton. Une séance de Coolsculpting suffit pour redessiner l’ovale et les résultats sont ensuite visibles en trois à quatre mois.

► Et qu’en est-t-il des fils tenseurs Aptos ?


C’est une technique mini-invasive qui permet de restaurer les contours du visage en repositionnant les tissus mous affaissés. Le visage rajeunit mais ne change pas car sa mimique naturelle est conservée. Il existe deux types de fils, résorbables et non résorbables ; les fils résorbables sont enrichis en acide polylactique, un inducteur tissulaire qui stimule les fibroblastes et rénove également la qualité de la peau tandis que les fils non résorbables offrent seulement l’effet tenseur. Je conseille les fils tenseurs Aptos à partir de 40 ans.

► Comment fonctionne l’Exilis Élite ?

Il s’agit d’une nouvelle méthode combinant radiofréquences et ultrasons pour activer le collagène afin de redessiner les contours du visage, comme les bas-joues, en stimulant et raffermissant durablement. Cette méthode peut également être utilisée pour redessiner le corps.

► Et enfin, pouvez-vous nous parler des injections ?

La toxine botulique réduit la contraction des muscles entraînant leur relâchement, elle permet d’atténuer les rides horizontales et verticales du front ainsi que celles obliques de la patte d’oie. L’acide hyaluronique quant à lui permet de restaurer les volumes du visage. Je l’utilise pour diminuer les cernes et les rides du sillon naso-génien ou encore pour augmenter les pommettes. Je conseille cependant cette technique en dernier lieu.

► Vous nous expliquiez que vous conseillez de coupler ces techniques. Quel est le coût moyen pour obtenir de beaux résultats ?

Je propose un protocole complet dans une fourchette entre 1500 et 2500 euros en fonction des techniques utilisées.

Publié le 26 février 2016